La Mare aux Oiseaux

La Mare aux Oiseaux

Éric au pays des merveilles. Ce chef étoilé officie depuis 2005 au cœur du marais de Brière en Loire-Atlantique à quelques minutes de La Baule. Il y a construit sa Mare aux oiseaux où il nous invite a voyager dans son univers, découvrir sa sensibilité et son amour de la vie. L’expérience y est globale, unique et complètement envoutante.

Nature

L’aventure commence en visitant le marais ; louez une petite embarcation et suivez vos envies au travers des canaux labyrinthiques qui s’offrent à vous. Cette nature abondante appelle à la réflexion et force à l’introspection. Ce sas de décompression vous permettra d’arriver à La Mare aux Oiseaux dans les meilleures conditions et pouvoir y ressentir le lieu et l’émotion qui en ressort. Située sur l’île Fedrun, rue du chef de l’île, ça ne s’invente pas, la Mare aux Oiseaux est inondée de cette nature verdoyante.

La Mare aux Oiseaux - Marais de Brière
Le Marais de Brière en Loire Atlantique © Stéphane Adam
La Mare aux Oiseaux
© Olivier Marie

Restaurant

Direction le salon des cages pour un apéritif, parce que c’est ici que tout commence, comme cela a été le cas pour Eric, le 1er avril 1995. Cette pièce située au cœur de la chaumière historique a vu naître les rêves de Mare aux Oiseaux, qui accueillait à ses débuts une trentaine de couverts. Aujourd’hui l’endroit est cosy et invite au repos de l’âme, tranquillement installé devant la cheminée avec un verre, une tasse ou un livre à la main.

Le restaurant composé comme un triptyque se dévoile tel un cube de verre habillé de tentures de soie sauvage, ou encore en boudoir cosy et pour finir en véranda ouverte sur le jardin. Dans le prolongement, la terrasse et le salon d’extérieur pour les moments de partage estivaux. Au retour, cédez à la tentation en jetant un coup d’œil en cuisine par le hublot ou poussant la porte, car ici ça n’est pas interdit !

Un seul mot d’ordre : l’évasion. La décoration du lieu transporte ses visiteurs entre meubles chinés et contemporains, objets d’art et œuvres picturales. Un bel éclectisme où les souvenirs de voyages autour du monde du maître de maison s’amusent à créer un contraste permanent entre les racines et demain. Vous voilà ici et maintenant., vous avez déjà oublié le temps qui passe.

L’ambiance en cuisine est studieuse mais Éric à réussi à créer une famille ou la complicité, la créativité et la bienveillance vivent en harmonie. Éric Guerin est accessible, agréable, souriant et se laisse volontiers entreprendre à refaire le monde après son service dans l’un des petits salons qui invitent à saisir les bons moments.

« Je ne cherche pas à faire dans le démonstratif ou à suivre la tendance. Je laisse juste l’envie guider le geste, parce que pour moi c’est là que se situe la magie de la cuisine ».

Éric Guerin en cuisine © Stéphane Adam

Hôtel

Pouvoir se poser, dormir, se réveiller, vivre, sentir, bouger, prendre le temps d’humer les odeurs, de voir les couleurs, d’entendre les oiseaux, sont autant de détails qui ont leur importance pour comprendre le message d’Eric Guerin que la maison va transmettre au visiteur. 6 chambres dans le bâtiment principal, dont 3 dans la partie historique du bâtiment, version cosy chic, à l’abri du chaume, puis en face, un cocon, équipé pour les personnes à mobilité réduite ou les adeptes de l’indépendance, avec sa terrasse privative ombragée par une pergola recouverte de glycine.

Traversons le jardin pour se retrouver en bordure du marais, juste au bord de l’eau, où se cachent 3 chambres, dans une cabane sur pilotis, évoquant ces lodges suspendus au rythme de la nature et des couchers de soleil sur la savane. À 100m d’ici, un autre jardin celui du Clos du Rouge Gorge, où l’on pousse un portillon de bois pour s’aventurer entre les petites maisons à tête de chaume qui abritent 3 suites, 2 duplex et l’espace bien-être.

On est ici à la fois ailleurs et très vite chez soi, chaque chambre est différente, une baignoire en silex de trois tonnes et demi arrivée d’Indonésie, une porte qui s’ouvre en transparence sur la douche comme un souvenir de Cochin, une vieille gravure de Léon Danchin qui rappelle que l’on est en terre de chasse, ou les suites sur deux étages qui prennent des allures de petits appartements privés.

SPA

En suivant le sentier qui baguenaude entre les 5 suites, une verrière lumineuse qui abrite un jacuzzi de 7 places s’élève. Un bien bel écrin qui s’ouvre sur une nature luxuriante qui court jusqu’à une jetée privative donnant sur les marais de Brière. Cet espace bien-être ne joue pas les spas de luxe. Ici on privilégie la détente, le calme et la volupté, sans artifices. Un passage dans le sauna ou une sieste sur la terrasse ensoleillée sont autant de phases de décompression.

La Mare aux Oiseaux
L’espace détente Jacuzzi 7 places et terrasse ensoleillée © Stéphane Adam

Le livre d’Éric Guerin Migrations : Voyages, émotions, cuisine

La Mare aux Oiseaux

223 rue du chef de l’île Fedrun – 44720 Saint-Joachim
30 minutes de La Baule


Réservation au 02 40 88 53 01

Lire aussi l’article sur le restaurant d’Éric Guerin, Le jardin de plumes à Giverny sur le site des Boomeuses.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Japon en Bourgogne

Mais qui a eu cette idée folle un jour d’amener le Japon en Bourgogne ? C’est le défi audacieux que s’est lancé le jeune Chef Laurent Peugeot en lançant son restaurant Le Charlemagne, au cœur du vignoble bourguignon, à Pernand-Vergelesses. Sa cuisine allie saveurs nippones et tradition française. Par ici les papilles…

Après une immersion de quatre ans au Japon, Laurent Peugeot est revenu en France avec la ferme intention de marier influences nippones et terroir bourguignon. « Fort de ce métissage culinaire, mon défi est celui de vous convier au mélange des saveurs, des textures, des cultures », promet Laurent Peugeot. Tout un programme…

L’expérience commence avec le lieu. Le Charlemagne est niché au cœur des vignobles, à Pernand-Vergelesses. L’entrée du restaurant laisse apparaître un jardin japonais et une grande terrasse accueillante aux lignes épurées, typiques du pays du soleil levant. La désorientation peut commencer. A l’intérieur, la décoration est sobre et raffinée, laissant la part belle à l’éveil des sens.

D’un menu tourbillon où le métissage franco-nippon frappe invariablement papilles et pupilles, on retiendra le délice d’une langoustine juste snackée, le subtil et audacieux mélange de la noix de Saint-Jacques et de la châtaigne ou encore la bille gelée d’Epoisses, effervescence de fraîcheur pour le palais.

Le repas est un véritable ravissement et l’étoile au guide Michelin ne laisse pas sa traditionnelle empreinte salée au moment de la note. Le Charlemagne propose en effet des menus à partir de 54 euros.

Le Charlemagne – 1 route Vergelesses – 21 420 Pernand-Vergelesses – Tél. : 03 80 21 51 45
Informations et réservations : http://www.lecharlemagne.fr/

Enregistrer