Montres collector

Les montres collector

Une nouvelle boutique de montres ? Pas seulement. Les Montres Collector s’avère être un écrin qui rassemble en son sein une collection de pièces d’exception. Le trésor que vous recherchez depuis toujours se trouve peut-être ici.

Déjà 25 ans d’expertise dans l’univers horloger haut de gamme, le groupe « Les montres », présidé par Jean Lassaussois, propriétaire des boutiques parisiennes éponymes, dévoile un nouveau lieu dédié aux montres de collection de luxe. Située au 34 rue du Four dans le 6ème arrondissement de Paris, la Boutique Les Montres Collector vient d’ouvrir ses portes, au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés. Ce nouvel espace, à l’élégance toute parisienne, séduit par la diversité des pièces horlogères présentées, toutes sélectionnées avec soin, et toujours signées de marques d’exception : montres vintage, garde-temps d’occasion, modèles horlogers neufs de fin de collection. Mises en lumière dans la boutique, ces pièces se retrouvent sur le site www.lesmontrescollector.fr .

Les montres collector

les-Montres-Collector--vitrine

lesMontresCollector-facade

Montres COLLECTOR

les montres collector

Omega Speedmaster Moonwatch Snoopy
Référence : 3578.51.00
Année 2003
Diamètre : 42mm
Mouvement : mécanique à remontage manuel
Boîte acier sur bracelet acier
Verre : plexi
Prix : 5’700 €
www.lesmontrescollector.fr
Les montres collector
Cartier Tank Américaine Chrono
Référence : W2601156
Année : 1996
Mouvement : quartz
Boîte or jaune sur bracelet croco
Verre : saphir
Prix : 6’500 €
www.lesmontrescollector.fr
rolex oyster perpetual - 2012 - 300dpi (1)
Rolex Oyster perpetual
Diamètre 36 mm
Année: 2012
Mouvement automatique
Boîte acier sur bracelet acier
Etanche : 100 m
Prix: 3’900 €

Enregistrer

Richard Mille Saphir

Richard Mille Saphir

En toute transparence

C’est lors de la seconde édition du salon Watches & Wonders de Hong Kong que Richard Mille présentera en exclusivité, le nouveau Tourbillon RM 56-02 Saphir. La RM 56-02 Saphir est limitée à 10 pièces distribuées dans le monde entier.

Le Tourbillon RM 56-02 Saphir, inspiré de l’architecture du modèle de Rafael Nadal et de son mouvement fixé par câbles. En intégrant cette architecture suspendue dans cet écrin de saphir, Richard Mille parvient à l’expression ultime de la légèreté et de la transparence dans la haute horlogerie.

RM56-02 BACK RGB

Sa transparence résulte de la pureté des cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3). La dureté de 1’800 Vickers (9 Mohs) écarte pratiquement tout risque de rayure hormis par le diamant. Réalisé à partir de blocs de verre saphir taillés dans la masse, le boîtier de la RM 56-02 a été usiné à Lyss en Suisse par la Maison Stettler, spécialisée dans la fabrication de ce matériau. Elle a assumé la difficile tâche de façonner les parties du mouvement et le boîtier tripartite signé Richard Mille, boîtier unique et ergonomique épousant la forme du poignet. L’observation du processus de fabrication d’un objet aussi inimitable que la montre RM 56-02 met en évidence le défi que constitue sa réalisation, tant du point de vue de l’ingénierie que de la technique : un seul boîtier nécessite 40 jours d’usinage sans interruption suivis de 400 heures indispensables aux finitions des différents ponts du mouvement.

Le boîtier de la RM 56-02, traité antireflet des deux côtés de la lunette et du fond, est étanche jusqu’à 30 mètres grâce à deux joints toriques transparents en nitril et assemblés avec 24 vis spline en titane grade 5. Le bracelet en Aerospace Nano®, matériau développé en exclusivité pour Richard Mille par Biwi SA, offre un toucher soyeux et presque organique qui participe de l’excellence ergonomique de la montre RM 56-02.

Découvrez aussi la Richard Mille RM 51-01 Tigre et Dragon, une véritable œuvre d’art, sur Luxe.net

La RM 56-02 fait l’objet d’une série très limitée de 10 pièces distribuées dans le monde entier.
richardmille.com

Horlogerie made in US

Devon réinvente la montre grâce à un système de courroies entrecroisées et présente la Tread 1 ! Élégante et audacieuse, elle ne ressemble à aucune autre montre, sa conception s’inspire des courroies industrielles et des motocyclettes.

Le mouvement de la Tread 1 est l’expression hypnotique du système de courroies entrecroisées breveté de Devon. Ces séries de courroies expriment les heures et les minutes selon un mouvement précis, tandis que les indicateurs de secondes tournent en continu.

Prix : 12’500 € – 201, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris – www.devonworks.com

Monaco – Tag Heuer

MONACO TAG Heuer

Depuis ses débuts cinématographiques sur le poignet de Steve McQueen dans Le Mans, la Monaco Tag Heuer, montre carrée mythique qui marqua l’esprit de toute une époque et changea à jamais la face de l’horlogerie suisse de luxe, n’a pas pris une ride.

Avant-garde et performance dans un format carré. Lancée simultanément à Genève et New York le 3 mars 1969, la Monaco fut comme un ouragan dans l’univers de l’horlogerie. L’aspect provocateur de la montre, avec sa trotteuse rouge vif, son cadran bleu métallique, son verre bombé et son grand boîtier taillé à angles droits, rompait totalement avec les codes esthétiques de l’horlogerie traditionnelle. Tout aussi novatrice, sa technologie offrait une parfaite étanchéité, une grande première pour une montre carrée. Mais la révolution reposait essentiellement dans le cœur de la montre : le célèbre Chronomatic Calibre 11, premier mouvement automatique de chronographe à microrotor, si précis qu’il reste encore aujourd’hui à la pointe des instruments chronométriques professionnels.

MONACO TAG Heuer

Pour Le Mans, Steve McQueen s’inspira de son ami Jo Siffert, le célèbre pilote suisse qui, en 1969, devint le premier coureur automobile à être sponsorisé par une marque de montre, Heuer. La Monaco Heuer venait de sortir et impressionna tellement McQueen qu’il insista pour la porter dans le film. La Monaco devint alors le chronographe préféré de l’univers de la course automobile et de la mode – encore une première mondiale. Sa géométrie si particulière initia la vogue des montres à forme. Instantanément identifiable, souvent copiée mais jamais égalée, la « McQueen Monaco » (modèle 1133B) est l’une des montres les plus convoitées sur le marché international des pièces d’occasion. La demande est bien supérieure à l’offre : il n’en resterait plus que quelques-unes, toutes dans les mains de collectionneurs avertis.

Depuis lors, le cadran carré de la Monaco n’a cessé d’incarner l’esthétique novatrice de Tag Heuer. Rééditée en 1998 en série limitée à 5’000 exemplaires, elle fut entièrement redessinée en 2003, et dotée d’un bracelet d’acier à sept rangs de maillons carrés, rappelant l’audacieuse géométrie du boîtier. La montre est devenue un must chez les amateurs de course automobile et les collectionneurs, mais, contre toute attente, a également percé Hollywood et le monde de la haute couture en s’imposant comme un incontournable accessoire de mode.